Historique

Notre parcours, d’hier à aujourd’hui

Le XIXème siècle venait de s’achever et le capitaine Noël commandait une goélette qui effectuait le transport des marchandises sur le St-Laurent. Quand il naviguait, sa femme et ses quinze enfants veillaient au bon fonctionnement de la ferme.

Le temps des goélettes est révolu, mais, depuis 1883, de père en fils, on y travaille la terre à St-Jean-de-l’ile-d’Orléans. La pomme de terre étant la plus grande superficie exploitée encore aujourd’hui.

En 1993, Vincent Noël récupère des sols inactifs et développe la production de fruits de cassis, petit fruit également appelé gadelle noire. Il devint rapidement le plus grand producteur de cassis de l’est du Canada avec une production qui s’étend sur plus de 8 hectares. Il approvisionne alors les entreprises transformant le cassis en produits alcoolisés, entre autres. C’est à partir de ces fruits que « la Maison des Futailles » fabriquera « l’Orléans », crème de cassis de l’île d’Orléans, appartenant à la gamme des produits du terroir de la SAQ (Société des Alcools du Québec).

Par la suite, en 2001, la ferme du Capitaine Noël a ajouté à ses activités la transformation des petits fruits de l’île d’Orléans. Elle offre alors une gamme de produits artisanaux commercialisée sous l’appellation « Les Saveurs de l’Isle d’Orléans ». En avril 2005, M. Noël a vendu cette dernière qui ne suffisait plus à rencontrer son objectif premier, celui de transformer son cassis et ce, dans le but d’aborder de nouveaux marchés.

Un an plus tard, convaincu par ses recherches scientifiques, M Noël prend le virage de la culture biologique. La santé faisant partie de ses priorités, il tient à donner une plus value à son cassis.

Depuis, ses cultures fruitières sont certifiées biologiques. Ce sont ces mêmes cultures qui seront ensuite transformées à la Vinaigrerie Tradionnelle Cassis’Isle d’Orléans qui a vu le jour en 2006.  En plus du cassis, d’autres petits fruits sont transformés à la Vinaigrerie tels que le bleuet (3 variétés), la cerise (6 variétés), la gadelle blanche et rouge, la prune (5 variétés) ainsi que la lavande.

 

Les portes de notre vinaigrerie sont ouvertes au public en 2013 quelques jours semaines. Bienvenue au groupe de 6 à 25 personnes sous réservation.  Les gens découvriront et vivront une partie de l’histoire à même un lieu significatif de l’époque « du marchand de vinaigre ». L’auto-cueillette de cassis, cerises, prunes, bleuets et groseilles sera proposée dans un avenir rapproché.

Expertise

Il est important d’insister sur l’expérience du chef de file de la Ferme du Capitaine Noël; Vincent Noël.

Dès l’âge de 5 ans, il conduit les tracteurs pendant que les ouvriers chargent le foin sur les remorques. Puis, à 10 ans, il passe déjà tous ses étés à travailler sur la ferme.

Adulte, il suivra diverses formations en agriculture spécialisée et ce, pendant plusieurs hivers.

Au fil des ans, Vincent Noël appuiera ses parents dans la production et les décisions concernant l’entreprise familiale, pour enfin prendre la relève officiellement en 1993. C’est en cette même année qu’il implantera sa première plantation de cassis dont les fruits seront destinés à la Société des alcools du Québec (SAQ).

Il devient alors, en 2000, le plus important producteur de cassis de l’est du Canada.
L’année suivante, fait majeur qui fait parler les médias, il achète la toute première récolteuse à cassis de ce type, au Canada.

Comment cet homme s’est-il intéressé au vinaigre vous demanderez-vous?

Tout simplement par l’entremise de sa première usine de transformation artisanale acquise en 2001. Le but de cette dernière était de mettre de l’avant le cassis transformé. De ses balbutiements avec le vinaigre aromatisé puis ensuite avec le vinaigre de vin, il en élabore un tout premier aux cassis et celui-ci étonnera ! De là naît un réel intérêt pour les vinaigres.

Il acquière peu à peu des informations et des connaissances sur le sujet tant recueillies ici au Québec, qu’avec des chercheurs de l’université de Guelph, en Ontario ainsi qu’en Angleterre, en France, en Pologne, en Autriche, aux USA, en Nouvelle Zélande, en Suède, en Norvège, au Danemark et en Finlande !

Quelques années plus tard, Vincent Noël épouse France Gagnon, une naturopathe intéressée par le cassis pour son aspect pour la santé. Ensemble, ils créent CASS’ISLE D’ORLÉANS, une vinaigrerie typiquement traditionnelle, aux couleurs d’ici et d’Europe.

En avril 2009, les premiers vinaigres sont élaborés dans le caveau. Suite au succès du vinaigre de cassis biologique, les vinaigres de gadelles blanches et rouges suivent.

Puis, en juin 2010, est né la boutique Cass’isle d’Orléans à quelques 150 mètres de la Vinaigrerie, le long du chemin Royal.

Au printemps 2011, huit vinaigres, tous différents les uns des autres, sont en production dans le caveau, dont quatre sont certifiés biologiques.

2013, un  vinaigre de sève d’érable biologique est mis sur le marché. Son gout intrigue  par a délicatesse et ses arômes peu communs.

Septembre 2013, un balsamique de pommes portant le nom de notre nièce Laurie, est démarré dans le caveau. Son évolution est à suivre…

 

Grande réussite en médecine estkamagra oral jelly. L’étude a révélé des résultats surprenants. Tous les médecins principaux recommandent de faire un achat de ce produit.Chaque acheteur se sent le plein bénéfice. Il est important d’observer le mode de réception et pendant l’heure du coucher sinon l’action ne sera pas limitée dans leur occurrence manifestée.